COLLATIONNER, UNE BONNE OU UNE MAUVAISE HABITUDE?

Par Julie DesGroseilliers

COLLATIONNER, UNE BONNE OU UNE MAUVAISE HABITUDE?

Saviez-vous que les adultes canadiens consomment près du quart de leurs calories quotidiennes entre les repas? Une statistique qui pourrait s’avérer intéressante si seulement cette énergie était de qualité. Malheureusement, 41% des aliments ingurgités entre les repas tomberaient dans la catégorie des aliments camelote tels que les boissons gazeuses, biscuits et compagnie.

À qui s’adressent les en-cas?  

La majorité des gens éprouvent de la faim et des baisses d’énergie entre les repas, d’où l’intérêt de collationner. De plus, certaines personnes comme les athlètes, les femmes enceintes, les adolescents et les enfants ont avantage à manger entre les repas afin de combler leurs besoins énergétiques plus élevés. Cela dit, les collations ne sont pas une obligation! Certaines personnes fonctionnent très bien avec trois repas par jour. Ainsi, si vous êtes en santé, et que vous ne ressentez pas le besoin de prendre une collation, ne vous forcez pas à manger entre les repas.

Les bienfaits de la collation

Consommer une ou plusieurs collations à chaque jour n’est pas une mauvaise habitude dans la mesure où les aliments sélectionnés sont nutritifs et consommés lorsque le corps a besoin de refaire le plein d’énergie. La prise d’une collation saine aide à combler les besoins nutritionnels quotidiens; procure de l’énergie, contribuant à maximiser la vitalité quotidienne et à prévenir la fatigue entre les repas; agit comme « carburant » avant, pendant et après les entraînements, et apaise la faim, permettant d’arriver aux repas moins affamés et donc, de limiter le risque de manger trop vite et en trop grande quantité.

Quoi grignoter?

Si votre en-cas a pour objectif de combler un petit creux, en attendant le souper par exemple, les glucides seront parfaits (ex. crudités, fruit). Toutefois, si vous avez besoin d’être soutenu pour plusieurs heures, jumelez les glucides (énergie rapide) à une source de protéines (énergie rassasiante et soutenue). Voici quelques exemples :

  1. Bâtonnets de carotte + trempette à base de yogourt grec et pesto
  2. Banane + beurre d’amandes
  3. Crudités + fèves de soya grillées
  4. Fruits séchés + amandes
  5. Lanières de poivron + oeuf à la coque
  6. Muffin maison + yogourt à boire

  

Informations tirées du livre PROTÉINES (éditions La Presse) de Julie DesGroseilliers, nutritionniste.


Articles similaires

    Aucun article trouvé.