Le sucre - première partie!

Par Julie DesGroseilliers

Le sucre - première partie!

Le sucre est sur toutes les lèvres ces temps-ci, et c’est le cas de le dire ! Grands consommateurs de sucre, plusieurs personnes cherchent des alternatives plus « santé » au sucre de table afin de se faire plaisir, sans mettre leur santé en danger. Mais quelle quantité de sucre est-il sécuritaire de consommer ? Existe-t-il des sucres meilleurs que d’autres ? Premier tour d’horizon sur la question.

Le sucre joue à la cachette
Notre corps a définitivement besoin de sucre pour fonctionner. À lui seul, le cerveau en  consomme environ 120 g à chaque jour, représentant près de la moitié des glucides consommés quotidiennement. Source d’énergie indéniable, le sucre doit donc faire partie de notre alimentation de tous les jours. Le défi consiste toutefois à en manger moins et surtout, à mieux le choisir. Pour y arriver, il faut drastiquement couper notre apport en sucres « libres », c’est-à-dire en sucres ajoutés aux aliments, par le fabricant ou le consommateur (glucose, fructose, miel, cassonade, etc.), et ceux naturellement présents dans les jus de fruits. Il est bien documenté qu’une surconsommation régulière de ces sucres libres nuit de façon importante à la santé, en augmentant les risques de plusieurs maladies comme le diabète, l’obésité et les maladies cardiovasculaires. Par conséquent, notre corps devrait plutôt se nourrir des glucides naturellement présents dans les fruits et légumes entiers, les céréales complètes, les légumineuses, les produits laitiers, etc. Ces aliments permettent au corps et au cerveau de combler leurs besoins, sans mettre notre santé en danger.

Trop de sucre : où se trouve la limite?
Selon de nouvelles lignes directrices, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de limiter l’apport en sucres libres à moins de 10% de la ration énergétique totale chez l’adulte et l’enfant. Il serait encore meilleur pour la santé de réduire l’apport en sucres à moins de 5% de la ration énergétique totale, soit à 25 grammes (6 cuillères à café) environ par jour. Cela dit, je suis certaine que vous apprécierez savoir qu’une cannette de boisson gazeuse contient  40 g de sucre, qu’une portion de soupe aux tomates commerciale cache 15 g de sucre, que vous avez 6,5 g de sucre dans 30 ml de ketchup et que la sauce barbecue en renferme presque deux fois plus, soit 11 g pour la même portion. Je vous laisse maintenant imaginer la teneur en sucres des « vrais » aliments sucrés comme les biscuits, les bonbons et les gâteaux!

L’idée n’est pas d’éliminer complètement tout le sucre industriel mais dans un premier temps, d’être conscient de son omniprésence dans les aliments transformés. Ensuite, de prendre les moyens nécessaires pour réduire votre attirance envers le sucre. Par exemple, réduire l’achat de boissons sucrées et de biscuits, et trouver des alternatives plus nutritives comme des eaux aromatisées (ex. menthe et fraises, romarin et citron) et des coupes de yogourt crémeux, bondées de fruits frais et juteux.

SUCRE, vérités et conséquences
Pour conclure la première partie de ce billet sur le sucre, j’aimerais vous proposer une lecture: SUCRE, vérités et conséquences, de ma collègue Catherine Lefebvre (édito, 26,95$). À travers l’histoire du sucre, Catherine nous invite à prendre conscience de la présence grandissante, visible et cachée, du sucre dans l’offre alimentaire et de son impact sur le plan humain et environnement. Des informations qui laissent parfois un goût amer en bouche…


Articles similaires

    Aucun article trouvé.